SRO PACA - Surveillance des Odeurs en région PACA

Air PACA

Objectifs

Les objectifs de la mission régionale de Surveillance des Odeurs sont :

  • la gestion et le développement des outils de la surveillance des nuisances olfactives,
  • la détermination des zones fortement gênées et l’aide à l’identification des sources d’odeurs,
  • l’information sur les nuisances olfactives auprès du public et des partenaires.

Historique

1996 : Les mauvaises odeurs sont reconnues officiellement comme des nuisances dans la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie.

1998 : Le Préfet des Bouches-du-Rhône demande la mise en place d’un groupe de travail spécifique en application de cette loi.

1998-1999 : Une étude sur les mauvaises odeurs est effectuée auprès de plus de 4 000 personnes dans le département. Elle permet d’estimer la gêne suscitée par les mauvaises odeurs. Cinq types d’odeurs sont mis en cause : industries, égouts, déchets ménagers, station d’épuration et circulation.

1999 : La Surveillance régionale des odeurs est créée pour la première fois en France.

1999 : Les associations de surveillance de la qualité de l’air de la région Paca recherchent des nez bénévoles.

2001 : Plus de 650 « nez bénévoles » participent aux campagnes mensuelles. L'appel à bénévoles est permanent.

2003 : Le recensement des plaintes est étendu au département du Var

2004 : Le recensement des plaintes est étendu au département des Alpes-Maritimes

2004 : Les résultats des différents outils de surveillance sont intégrés dans une base régionale.

2004 : La recherche des sources potentielles d’odeurs a été étendue et optimisée, grâce à l’acquisition des données météorologiques sur toute la région.

2005 : La procédure de gestion des rapports de plaintes mise en œuvre permet une transmission rapide et efficace des plaintes des riverains gênés par les mauvaises odeurs.

2006 : Pour une meilleure efficacité dans la prise en compte et le traitement des problèmes de nuisances olfactives, une information pertinente et rapide est faite en direction des services de l’Etat, les exploitants et les riverains.

2007 : Une campagne d’information de grande ampleur a été menée dans les communes du pourtour de l’étang de Berre. 53 personnes ont rejoint le jury de nez bénévoles.

Origine des odeurs

Structure : Les odeurs perçues sont dues à une multitude de molécules différentes. Leur concentration, très faible est mélangée à l'air respiré.

Provenance : Les activités agricoles, industrielles et domestiques.

Formation : Deux grandes catégories.

> les odeurs de fermentation issues de :

  • déchets (solides ou liquides).
  • substances minérales ou végétales (station d'épuration, épandage).

> les odeurs d'usines de transformation produites par exemple par :

  • l'industrie chimique.
  • l'agroalimentaire.
  • la production de parfums.

Elles peuvent être dégagées :

  • par les matières premières.
  • dans leurs synthèses qui produisent des sous-produits volatils.
  • selon les phases de traitement des produits fabriqués : séchage, manutention, emballage.

Effets : Les mauvaises odeurs sont incommodantes bien avant d'être un danger pour la santé. Leur perception varie beaucoup selon les individus.

Les outils de surveillance

Nez Le jury de nez bénévoles : Constitué de riverains, le jury de nez participe à des campagnes d’observations. Au cours de ces campagnes, chaque « nez » consigne, à des moments précis de la journée, ses observations olfactives : perçoit-il une odeur ? Est-elle gênante ? Comment la caractériser ?

Le jury permanent : Un jury de nez permanent existe dans la zone de l’étang de Berre et l’ouest des Bouches-du-Rhône depuis 2001. Les nez bénévoles de ce jury participent tous les mois à une campagne d’observations d’une semaine.

Les campagnes d’observations densifiées : Dans les zones où de nombreuses plaintes olfactives sont recensées, des campagnes, dites densifiées, sont organisées. Un jury de nez particulier est mobilisé pour participer à ces campagnes d’observations dans le but de mieux comprendre le problème des nuisances olfactives dans la zone gênée et agir sur les sources potentielles.

Le recueil des plaintes des riverains

Plainte Lors d'épisodes d'odeurs gênantes, les riverains font part de leurs observations concernant cette gêne. Ces observations « spontanées » ou plaintes sont enregistrées de façon systématique et harmonisée.
Elles peuvent être déposées :

  • sur le site Internet des odeurs,
  • sur le numéro vert,
  • sur leur fascicule d’observations (pour les nez bénévoles).

Nbr.Vert : 0 800 17 56 17